LE PROJET

Le Parc naturel régional de la Narbonnaise Méditérrannée est traversé par plusieurs axes de circulations rapides (LGV, A9 et A61). Dans cet environnement où la bio-diversité est très importante s’opère une transformation permanente des paysages qui agit sur l’environnement et sur la pérennité de certaines activés (tourisme).
Le développement de ces infrastructures répond à la volonté première de désenclaver ce territoire pour accélerer les échanges, moteurs de l’économie. Ici, les rives du littoral sont un trait-d’union où se joue l’intensification des échanges à l’échelle européenne. La standardisation des infrastructures et des modes de déplacements côtoient la richesse de la nature avec force et provoquent aussi l’accélération du réel.
Selon Paul Virilio la multiplication des technologies de transport et de communication, « réduisent, le monde à rien ». Les territoires sont saturés de technologies qui permettent de le parcourir et de le contrôler. En mettant Paris à deux heures de Lyon, l’homme a opéré une réduction de l’espace et du temps, un « rapetissement du monde ».
La vitesse excerce une véritable fascination auprès du monde politique et industriel parce que c’est un objet fantasmagorique de puissance et de modernité mais jusqu’à quand la vitesse sera synonyme de progrès ?

Pour répondre à la proposition d’un travail photographique qui traite de la présence de l’autoroute le long du littoral de la Narbonnaise, je propose de prendre le contre-pied de la notion de vitesse. Alors que l’uniformatisation des modes de vie tend à les faire disparaîre, je vais questionner l’existence des particularismes locaux. Tel un explorateur partant à la découverte d’un monde inconnu pour étudier le microcosme et l’écosystème de l’autoroute.

LA MÉTHODE DE TRAVAIL

Autant inspiré par Les archives de la planète (créée par Albert Kahn) qui entendait faire connaître le monde avant sa disparition que par les missions menées La Pérouse avec son navire l’Astrolabe dans les contrées inconnues de l’Océan Pacifique
L’approche artistique consistera ici à effectuer des prélèvements photographiques lors d’explorations du territoire.
L’autoroute comme objet d’étude est surtout un lieu d’expérience qui recèle sa part d’inattendu. Ce qui n’est pas remarquable aura peut-être toute sa place dans cette série pour sa dimension vévue.

http://echelle1.org/files/gimgs/th-24_555.jpg
http://echelle1.org/files/gimgs/th-24_INVENTAIRE DU MONDE-A922.jpg